Sur nos étagères
BFI

BFI

The Dragons

par Fino le 6 juillet 2010

5

paru en août 2007 (Ninja Tune)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Il est certaines histoires qui font chaud au cœur. Ainsi de The Dragons, et de leur sublime BFI (pour Blue Forces Intelligence, nom donné à leurs sessions d’enregistrement nocturnes, allez savoir pourquoi), exhumés par DJ Food et Ninja Tunes, et qui après presque quarante ans non pas d’oubli, mais de non existence, se voit offrir une publication digne de ce nom.

Car cet unique essai des trois frères Dragon (séparés, faute du moindre écho, peu après), s’il sonne à merveille dans le ton de son époque, va plus loin, et s’éloigne en cela des centaines de ces délicieux petits groupes garage que l’on découvre à l’infini avec la même gourmandise non feinte. The Dragons avaient passé la cinquième après le Sgt Pepper’s et les envolées du Floyd, de King Crimson et du Grateful Dead, et s’étaient offerts une improbable, mais pourtant évidente à l’écoute, virée dans l’ambient, et dans le paysage d’alors.

Une sorte de bande originale qui accompagne le passage des sixties aux seventies, tout en souplesse. Smooth dirait-on outre-Manche. Et barré en même temps, à la croisée de ce qui allait devenir l’electro (ô pouvoir de deux notes de claviers répétées de façon malsaine !), du rock psyché et du jazz parmi tant d’autres chemins. L’album respire la fin des années 1960, tel ce Food For My Soul qui aurait pu accompagner une scène d’Austin Powers. C’est d’ailleurs à ce dernier titre, entendu lors d’un obscur film, que l’on doit la reconnaissance tardive du travail du groupe.

Le son est impeccable, les pistes s’enchaînent en glissant les une sur les autres, l’album ne s’arrête pas. Le trio de Malibu fait frissonner l’air californien dans nos oreilles avec brio. Certainement pas le moindre hit potentiel, constat qui avait scellé le cercueil de l’enregistrement à l’époque, mais une œuvre homogène absolument infaillible. On perçoit quelques influences Zombies et Beach Boys (pour lequel les trois compères jouèrent de façon éphémère sur scène), et un léger groove qui achève de nous faire succomber.

The Dragons jouent, cuisinent tout à leur sauce avec succès (ces quelques notes asiatiques sur Sandman…), et doivent avoir été les musiciens les plus frustrés du vingtième siècle. Les morceaux ne se détaillent pas, mais s’écoutent dans le prolongement les uns des autres, un point c’est tout. Précipitez-vous sur la ballade, et, une fois n’est pas coutume, prenez le temps de remercier un label.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Cosmosis (3’19")
2. Food For My Soul (4’02")
3. Amplified Emotion (3’42")
4. Sandman (2’58")
5. On The Wall (2’48")
6. Are You There ? (4’02")
7. Sunset Scenery (4’16")
8. Mercy Call (4’48")
9. Pop’s Bag (3’39")
10. Big Mike Requiem (4’56")
11. Your Way Too (3’02")
 
Durée totale : 41’36"