Nouveautés
Blood and Fire

Blood and Fire

The Eighties Matchbox B-Line Disaster

par Emmanuel Chirache le 17 août 2010

4

Paru le 17 mai 2010 (No Death Records/Black Records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Voici un groupe comme on en fait plus. Qui cogne dur, joue trop fort et déplaît aux oreilles sensibles. Un groupe capable de marier énergie punk, pulsation rockabilly et, c’est une nouveauté, bourrinades métalliques. Un groupe tout droit sorti des années 90, en fin de compte, bref une bonne nouvelle. D’autant plus que les Eighties Matchbox B-Line Disaster n’avaient pas sorti grand chose, à peine un EP, depuis 2004 et leur chef-d’œuvre The Royal Society, chroniqué dans notre rubrique incontournable. Il faut dire que le départ de l’excellent guitariste Andy Huxley la même année avait laissé un vide difficile à combler. En 2008, le lead guitariste Tristan McLenahan rejoignait définitivement la bande et l’enregistrement du troisième album des TEMBLD pouvait enfin commencer. D’après une interview du chanteur Guy McKnight sur youtube, il aurait eu lieu dans le sud de la France et aurait été financé par le groupe lui-même, avant que celui-ci ne trouve un nouveau label, Black Records, pour le distribuer.

Comme toujours, la longue attente qui précède la sortie d’un disque nourrit aussi la crainte d’une immense déception, surtout après une réussite telle que l’était The Royal Society. Pourtant, Les Eighties Matchbox restent aujourd’hui l’un des plus vivaces étendards du rock grâce à ce Blood And Fire cinglant. Le disque démarre d’ailleurs en fanfare avec le single Love Turns to Hate, décharge électrique dont le riff d’intro rappelle le meilleur de Tom Morello, tandis que les cris scandés dans la foulée n’ont rien à envier à ceux de James Hetfield de Metallica en train d’haranguer la foule. En 2010, la classe c’est de citer musicalement les années 90, on vous l’a dit (cf. Inspector Cluzo en France). Quel bonheur de retrouver alors le chant d’un Guy McKnight relooké en Frank Zappa et ses hoquets démentiels. Le groupe nous gratifie par la même occasion d’un de ses refrains les plus efficaces, à entonner en chœur dans un pogo à la crétinerie jubilatoire. Oui, les TEMBLD s’apprécient mieux quand on saute partout à en cogner les murs.

Sans perdre de temps, le disque enchaîne sur Mission from God, titre toujours aussi percutant, défouloir absolu et surexcité qui emmène l’auditeur vers les arpèges plus délicats de So Long Goodnight. Paf, la section rythmique met ensuite un gros coup, grosse basse de Sym Gharial dans la face et batterie bien sèche de Tom Diamantopoulo dans les burnes. Plus mélodique, le titre monte néanmoins vite en sauce et reste lui aussi bien en mémoire. La suite de l’album apparaît malheureusement plus inégale, bien que de très haut niveau. Il y a encore de l’audace dans Riptin, une transe tribale sur I Hate The Blues, un certain crooning trash sur Never Be The Same et enfin des réminiscences qotsiennes sur l’excellent Are You Leaving via le glockenspiel et le chant haut perché - et ce n’est pas l’unique lien qui relie les Eighties Matchbox à la formation de Josh Homme puisque Chris Goss a produit les deux groupes.

JPEG - 41 ko
Votez pour eux.

En revanche, une poignée de morceaux déroule un peu trop facilement un filon psychobilly qui menace de s’épuiser quand il n’est pas soutenu par une étincelle créatrice, qu’elle soit mélodique ou rythmique. C’est ce qu’on peut reprocher à Under My Chin, Monsieur Cutts, ou encore Man For All Seasons. N’empêche, les TEMBLD font partie des derniers trop rares rockers à testostérone qui n’appartiennent pas à un obscur sous-genre du death metal. Tristement méconnu, incroyablement boudé par une bonne partie de la presse spécialisée, le groupe appartient aux grands de ce début de siècle, c’est une évidence. Il n’a jamais galvaudé son talent ni son indépendance, conservant tant bien que mal le cap d’une certaine idée du rock, qu’on souhaiterait davantage entendre.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



1. Love Turns To Hate (3.09)
2. Mission From God (2.36)
3. So Long Goodnight (4.25)
4. Under My Chin (2.18)
5. Riptin (3.25)
6. Monsieur Cutts (2.32)
7. I Hate The Blues (2.49)
8. Man For All Seasons (2.14)
9. Don’t Ask Me To Love You (2.41)
10. Homemade (4.05)
11. Never Be The Same (3.21)
12. Are You Living (4.08)
 
Durée totale : 37.37

Eighties Matchbox B-Line Disaster (The)

Disques Chroniqués
The Royal Society The Royal Society

par Emmanuel Chirache


5

Voir la fiche de Eighties Matchbox B-Line Disaster (The)