Nouveautés
How to do Battle

How to do Battle

Senser

par one minute in the dream world le 8 février 2010

4,5

19 octobre 2009 (Imprint Music)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Pour ceux qui en étaient, le Stacked Up de Senser, sorti en 1995, fut une sacrée surprise, une bombe même, dans le monde de la fusion. Varié, puissant et original, très novateur, il vint se placer aux côtés du premier Rage Against The Machine tout en proposant une trame plus diversifiée et une multitude de titres aussi puissamment convaincants. S’ensuivirent un Asylum d’un niveau encore élevé, malgré l’absence d’Heitham, puis un Schematic qui laissait augurer d’une suite proche, donc, de l’album original des Anglais. C’est aujourd’hui chose faite et le retour de Senser risque fort de l’imposer comme le chef de file d’un mouvement ne comptant plus guère de prétendants crédibles.

La puissance métal façon Slayer (Resistance Now, Lights Out) booste à nouveau la formation, au meilleur de sa forme, et on retrouve les plans électro caractéristiques (Brightest Rays), de même que les morceaux qui évoquent Urban Dance Squad et le début, donc, de cette mouvance crossover (2 3 Clear, Dictator Bling), et l’ ensemble nous montre que le mouvement, en dépit d’un certain essoufflement, peut réserver des surprises de taille. Toute caste y trouvera son compte, entre les prétentions rock et les titres plus ouvertement hip-hop (Smoking Paranoia), et les séquences électro bien ficelées, ce How To Do Battle s’inscrivant dans la catégorie des albums de nature à rassembler ces publics.

En outre, la dualité vocale assurée par Heitham et Kerstin génère un plus de taille, et l’énergie point dans tous les recoins de ce nouvel opus (End Of The World Show) dont l’alchimie stylistique se veut le résultat de l’ingéniosité de Senser, de la complicité qui caractérisait déjà ses débuts. So Refined offre un rock saccadé, pesant, aux riffs puissants, et complète la palette du groupe, et la collaboration de Sebastian Laws sur Hex engendre un résultat rap-rock excellent et qui trouve parfaitement sa place dans le registre propre à Senser. Rien n’est à jeter et même une plage contrastée comme Fairytale, aux breaks signés Kerstin, superbes, captive sans efforts.

En fin d’album se profile un Lights Out à la puissance de feu impressionnante, sur fond trash mélodique et tranchant, puis Arturo ferme la marche dans un climat sombre, mettant fin à un opus dont on ne peut , au final, que reconnaitre les immenses qualités. Et qui, par son contenu, a de plus le mérite, en ces temps dévolus aux revivals divers, de redorer le blason d’un créneau aux productions trop inégales ou tombant trop facilement dans la redite.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Wake Up, You’re On Fire (0:42)
2. Resistance Now (3:37)
3. Brightest Rays (5:03)
4. 2 3 Clear (4:37)
5. Dictator Bling (4:14)
6. End Of The World Show (3:52)
7. Smoking Paranoia (4:10)
8. Sandhurst In Zero G (0:36)
9. So Refined (4:19)
10. Hex (4:08)
11. Fairytale (5:26)
12. Lights Out (3:36)
13. Arturo (1:31)
 
Durée totale :(45:51)