Livres, BD
L'Art Du Rock

1800 affiches du Punk à nos jours

L’Art Du Rock

Paul Grushkin & Dennis King

par Duffman le 6 mars 2007

4,5

Paru en octobre 2005 (Panama), 488 pages

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

L’ouvrage pèse son poids. C’est la première constatation. Et une fois ouvert, on se dit que c’est justifié, car il répertorie et rend hommage à une forme d’expression artistique du rock souvent oubliée et pourtant très active : l’art de l’affiche de concert. Car on pense souvent aux pochettes d’albums ou aux photos sur papier glacé alors que l’image d’un groupe passe aussi par cette forme d’art éphémère, réalisé souvent avec un savoir-faire considérable, mais malheureusement peu représenté en France.

L’affiche rock est née en même temps que celui-ci, et dès les années cinquante les concerts locaux étaient annoncés par des affiche rudimentaires rapidement typographiées et collées sur des rangées de poteaux téléphoniques. Puis le mouvement a pris son essor dans les années soixante avec le psychédélisme et la multiplication des groupes de rock. Le prédécesseur de cet ouvrage (The Art Of Rock par Paul Grushkin, sorti en 1987) s’intéressait d’ailleurs à ces périodes. Ici, les auteurs (eux-mêmes issus du milieu) se sont limités à la période punk jusqu’à aujourd’hui et s’attardent plus particulièrement sur le mouvement sérigraphique.

JPEG - 11.7 ko
Affiche de Frank Kozic (1991)
leader du mouvement sérigraphique

Né à la fin des années 1980 à Austin, avec l’émergence du grunge et du rock alternatif, ce mouvement n’a cessé de prendre de l’ampleur tout en restant artisanal par nature. Car la sérigraphie est une technique particulière (À base de pochoirs, l’affichiste applique différentes couches de peintures selon le dessin), cela demande donc beaucoup de temps rien que pour sortir une centaine d’exemplaire et limite ainsi le tirage de masse. Pourtant, de nombreux studios se sont formés dans ce sillage et il semblerait qu’il n’y ait jamais autant eu de tirages qu’aujourd’hui, du moins aux États-Unis.

De la photocopie punk annonçant les Dead Kennedys dans un rade pourri, à l’affiche offset pour une tournée mondiale de U2, les affiches représentées sont d’une variété étonnante et empreinte à presque tous les courants de la BD, du graphisme ou de la peinture. On peut citer parmi les auteurs les plus inspirés le studio Aesthetic Apparatus, Methan Studios, ou Coop.

JPEG - 24.3 ko
Affiche de Coop
(1994)

Bizarrement l’auteur de l’affiche s’écarte souvent de l’image qu’on se fait du groupe qu’il a choisi et propose une interprétation voire une vision très personnelle que l’on retrouve dans ses autres œuvres.

À l’image de cette diversité, le livre part un peu dans tous les sens. On a un chapitre sur la technique pure, un autre sur la représentation du diable, mais il se révèle assez exhaustif au final. Mais tout ça est avant tout un foisonnant régal pour les yeux et il y en a pour tout les goûts. On notera d’ailleurs le geste louable des auteurs de parler aussi d’œuvres européennes (la France brillant par son absence) certes très influencées par l’école américaine.

JPEG - 8.7 ko
Affiche d’Aesthetic Apparatus
(2003)

Au vu de la diversité et de l’audace de certains artistes, on peut se demander si l’affiche n’est pas le dernier recours de l’imagerie rock. Avec la disparition des 33 tours et de leurs pochettes et l’essor du support numérique, nous arrivons dans l’ère de la musique immatérielle, rendant obsolète les efforts visuels du packaging. Mais quand on voit la liberté et le talent déployé pour quelque chose d’aussi éphémère que l’annonce d’un concert, on ressent quand même un énorme gâchis. Le rock s’est aussi forgé sa propre mythologie au gré des pochettes de disques. Alors peut-il survivre sans image ?

Au final, avec tout le respect que l’on doit au livre, on a quand même envie d’une chose : en arracher toutes les pages et s’en retapisser l’appartement. C’est pourquoi, l’auteur de ces lignes vous fait cadeaux de quelques unes de ces œuvres parmi ses préférées.

JPEG - 71.2 ko
JPEG - 136.3 ko
JPEG - 57.4 ko
JPEG - 75.4 ko
JPEG - 84.8 ko
JPEG - 110.1 ko
JPEG - 85.3 ko
JPEG - 212.2 ko
Cliquez pour agrandir
Paul Grushkin Dennis King


Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom