Sur nos étagères
My Blueberry Nights

My Blueberry Nights

BOF - Artistes Divers

par Fino le 8 janvier 2008

3,5

paru le 26 novembre 2007 (Parlophone)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Wong Kar Wai, pour son premier film “américain”, nous offre une fois n’est pas coutume une bande-originale qui nous transporte dans le poussiéreux sud des territoires de l’Oncle Sam. C’est souvent du connu, voire du très connu (Cat Power, The Greatest, ou encore Otis Redding, Try A Little Tenderness), mais le tout s’habille d’un ensemble cohérent qui se meut selon ses propres envies.

Il n’y a pas grand risque à parer une bande originale de Norah Jones (premier rôle feminin), Cat Power et consorts, diront certains. Certes, mais, sans aller jusqu’à prendre une saveur inédite, ceux-ci se marient surtout de facon divine avec le côté moins poli de ce sud sauvage. Cela, on le doit a quelques excellentes surprises du chef.

Au sommet, Ry Cooder abat un boulot fascinant dans ces nuages de poussière sablonneuse qui soufflent sur la promenade. Des cordes qui claquent, de la reverb melancolique, un soleil s’étirant àl’horizon… ces intermèdes hypnotisants, sans aller jusqu’àla puissance d’un Neil Young sur Dead Man, construisent un personnage central du film, un pesant centre de gravité.

L’autre grand moment, c’est le siffle de la version àl’harmonica de Yumeji’s Theme, par Chikara Tsuzuki. Là où le western a honteusement, mais avec génie, pillé le cinéma japonais et ses samourails, ce morceau vient dessiner un pont lancinant qui bien evidemment réveille les souvenirs de Kill Bill.

Le parcours traîne ses guêtres ainsi, d’un saloon familier vous enveloppant d’une douce chaleur (Cat Power, Living Proof), au désert environnant et obéissant à ses propres lois (Ry Cooder, Busride). Comme c’est le sort de toute bande-annonce lambda, l’effet s’imprimera profondément pour ceux chez qui le film a fait vibrer une corde sensible. Pour les autres, ne restera sans doute qu’une jolie balade dans les interminables étendues du sud. Il à cet égard est certain que la carte The Greatest placée en queue de peloton, attention un peu facile qui retournera certains, se dressera pour la plupart comme une sortie peu risquée un tantinet miêvre.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
1. The Story – Norah Jones (4’10’’)
2. Living Proof- Cat Power (3’09’’)
3. Eli Nevada – Ry Cooder (2’30’’)
4. Try a Little Tenderness – Otis Redding (3’19’’)
5. Looking Back – Ruth Brown (4’16’’)
6. Long Ride – Ry Cooder (2’30’’)
7. Eyes on the Prize – Mavis Staple (4’07’’)
8. Yumeji’s Theme (Harmonica Version) - Umebayshi Shigeru (2’08’’)
9. Skipping Stone - Amos Lee (2’19’’)
10. Bus Ride – Ry Cooder (2’57’’)
11. Harvest Moon - Cassandra Wilson (5’19’’)
12. Devil’s Highway – Hello Stranger (5’34’’)
13. Parajos – Gustavo Santaolalla (2’22’’)
14. The Greatest – Cat Power (4’24’’)
 
Durée totale : 47’46’’