Nouveautés
Seeing Eye Dog

Seeing Eye Dog

Helmet

par Parano le 28 septembre 2010

4

Paru le 7 septembre 2010 (Work Song)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Amis du soir bonsoir, l’heure est grave, les déodorants à l’aluminium veulent notre peau, le moustique tigre aussi, alors avant de succomber, parlons une dernière fois des sujets essentiels, parlons du rock, parlons des vieux, parlons des vieux dans le rock. Ne riez pas, le vieux est l’avenir du binaire. Toujours plus nombreux, monstrueusement nostalgique, au point d’imposer aux gamins ses goûts d’outre tombe, le vieux est le seul à faire vivre l’industrie du disque, obsédé par la possession d’objets, ultime rempart face à la mort. Le jeune, lui, n’a d’autre choix que de pirater des gigaoctets, s’il veut s’offrir une retraite.

Le vieux aime l’ancien. Il aime retrouver ses émotions passées, le souvenir d’une jeunesse perdue, idéalisée, ah les bonnes cuites de régiment, la défonce au collège et le soutif de la petite voisine. N’allez pas lui bousiller sa bande son idéale, ou il vous en voudra à mort. Le groupe qu’il a aimé est condamné à reproduire mécaniquement la même musique, sans aucune reconnaissance puisque, de toute manière, c’était mieux avant !

Prenez Helmet, par exemple. Icône rock métal noise machin rescapée des 90’s, menée depuis 20 ans par un Page Hamilton désormais quinquagénaire. Helmet a connu son heure de gloire avec deux albums majeurs, Meantime (1992) et Betty (1994). Revenu aux affaires en 2004, avec Size Matters, le groupe, rajeuni pour l’occasion, n’a pas changé sa musique d’un iota, et les fans, meute infâme de trentenaires et de quadra de la X Generation, ont fait la fine bouche. C’était mieux avant ! Nouvelle tentative en 2006 (Monochrome), pour un résultat identique. C’était mieux avant !

Alors Page en a eu marre, et s’est dit qu’à 50 balais, il pouvait s’autoriser à modifier un poil les curseurs, tenter de se renouveler, et altérer un peu la bande son idéal de son électorat. Voila donc que sort Seeing Eye Dog, 7ème album d’Helmet. Un disque frais, riche, audacieux, qui n’a strictement rien à envier à Betty, si ce n’est de devoir affronter les jugements régressifs de vieux fans, plutôt qu’une jeunesse enthousiaste. Un album accueilli fraîchement par le fan base. C’était vraiment mieux avant !

Imaginez ! Une reprise des Beatles (Your Bird Can Sing), une plage instrumentale atmosphérique, et des élucubrations orchestrales, venues pervertir le hardcore syncopé de rigueur. Sacrilège ! Rendez-lui son Helmet au vieux ! Touchez-pas à sa jeunesse ! Meantime forever ! Tout cela est regrettable, car Seeing Eye Dog est l’un des meilleurs albums qu’ait écrit Page, ce qui le classe d’office parmi les meilleurs albums de l’année. Hamilton, le vieux qui vieillit bien, pourrait, à cette occasion, glaner quelques nouveaux fans chez les moins de 30 ans. Des jeunes qui, pour beaucoup, pensent que les Queens Of The Stone Age, c’est plus ce que c’était.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. So Long (3’12")
2. Seeing Eye Dog (4’03")
3. Welcome To Algiers (4’21")
4. LA Water (4’09")
5. In Person (3’09")
6. Morphing (3’17")
7. White City (3’25")
8. And Your Bird Can Sing (2’14")
9. Miserable (3’24")
10. She’s Lost (6’30")
 
Durée totale : 31’25"