Livres, BD
The Dark Stuff, L'Envers Du Rock

The Dark Stuff, L’Envers Du Rock

Nick Kent

par Parano le 2 mars 2010

4

paru en septembre 2006 (Éditions Naïve) ; 422 pages. Nouvelle édition revue et augmentée de l’ouvrage paru sous le titre L’Envers Du Rock, portraits dans la collection X-Trème (éditions Austral 1996).

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Le rock n’est pas un conte de fées. Oubliez le sourire d’ange des Beach Boys, les paillettes de Sly & The Family Stone et le déhanchement pittoresque de Mick Jagger. Il faut fouiller la boîte à pharmacie et trancher dans le lard pour comprendre qui sont vraiment les icônes déglinguées qui peuplent le panthéon des stars. Nick Kent l’a bien compris, lui qui, à 20 ans à peine, a plongé la tête la première dans les coulisses du rock. Journaliste pour le NME au début des 70’s, il a été le témoin halluciné de la folie des uns, de la déchéance des autres, et a suivi la longue caravane du rock, avec son cortège de dealer, de cadavres, de larmes et de haine, pendant près de 20 ans.

Après avoir côtoyé les plus grands et sombré dans la dope, Nick Kent s’est finalement exilé en France, où il continue de disséquer l’actualité musicale avec un talent rare. Son livre fulgurant et terriblement émouvant met à nu quelques figures légendaires, telles que Brian Wilson, Neil Young, Morrissey ou Iggy Pop. Pas moyen d’échapper à sa plume, implacable et élégante, Nick Kent nous fait saisir à deux mains ce que les autres ne font qu’effleurer : l’humanité et la détresse de types vulnérables, pourris sur pied par un succès foudroyant, la mesquinerie et la violence qui accompagnent la débauche. Tout cela n’est rien d’autre que la vie, à laquelle nul n’échappe, pas même nos icônes. Nick Kent est avant tout un fan, et son histoire se mêle, pour le meilleur, parfois, et pour le pire, souvent, à celle des grandes figures du rock.

Qui d’autre peut se vanter d’avoir vécu la déchéance de Syd Barrett, avoir sauvé Keith Richards d’une énième overdose, ou de s’être fait bastonné par Sid Vicious ? Pour recueillir leurs confidences, Nick Kent vit au contact des grands fauves, quitte à se faire mordre. Son témoignage, saisissant, n’a pas d’équivalent dans l’histoire du journalisme, si ce n’est celui de Lester Bangs, son mentor. Un livre indispensable à tout amateur de rock. Passionnant.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom