Sur nos étagères
The Endless Rise Of The Sun

The Endless Rise Of The Sun

Smooth

par Alexx le 1er mai 2007

3,5

paru le 2 octobre 2006 (Ministrong / Wagram)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Pour décrire Smooth, on trouve cette phrase sur leur site : « Les trois musiciens de Smooth viennent de Nantes mais ils auraient aussi bien pu grandir à Londres dans les 60’s, à Berlin ou New York dans les 70’s tant leur musique est un mix d’influences, de styles et d’époques qui les rends inclassables. » C’est justement parce qu’ils sont extérieurs à ces lieux datés que les Nantais ont pu aussi bien s’inspirer des ces influences soul, jazz et funk le tout trempé dans la pop. Ils ont nommés eux-mêmes ce mélange electro-soul dans leur premier album.

C’est donc ainsi que le trio nantais est de retour pour nous en mettre plein la vue et les oreilles. Cela ne fait pas tout à fait deux années que leur premier essai autoproduit An Electro Soul Experience est sorti et ils nous font déjà le coup du deuxième album. Avec quasiment 150 concert dans les dents, on peut dire qu’ils ont eu l’occasion de rouler leur bosse et par là même, rôder leur public.

La première partie de l’album (un peu plus de la moitié) réunit une majorité de chanson calme et envoûtante, propre à une soul sensuel. L’ouverture est offerte par Yann Tiersen avec le titre homonyme de l’album. Par ailleurs, beaucoup de guests ont participés à la création et à l’enregistrement de ce lever de soleil. Parmi eux se cachent quelques DJs tel DJ Elveeda ou bien des gens plus connus avec Sinclair où Alain Chauvet. Ces participations ne peuvent qu’enrichir les compositions déjà puissantes de Smooth. Pourtant, certaines d’entre-elles restent trop “classiques” dans leur approche (What Will You Do) qui sonne d’un air de déjà vu. Cependant, tout “electro” qu’il est, un simple piano suffit pour changer d’atmosphère avec une sorte d’entracte (À L’Aube).

Dans le deuxième partie, le trio se lâche et nous offre des chansons plus nerveuses (We Will Show You) ou en décalage (Carry Me avec son faux air floydien et ses guitares). On peut même percevoir une certaine grandiloquence avec des titres comme Red Train ou bien Carry Me. Par ailleurs, on préférera la fin de l’album justement par cette tendance à s’énerver un peu. Non pas que les premiers morceaux soit trop typé “ambiance”, mais quand on met l’oreille sur ces titres, on en redemande.

On se retrouve donc avec un album bien conçu, dont les chansons s’enchaîne en crescendo naturel, même si on préférera la fin de l’album pour sa plus grande diversité musicale.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
01 - The Endless Rise Of The Sun (feat. Yann Tiersen) (2’02”)
02 - Smooth Caravan (feat. DJ Elveeda) (3’49”)
03 - Red Train (3’46”)
04 - Human Race (4’26”)
05 - À L’Aube (1’32”)
06 - I Believed (4’18”)
07 - Midnight Love (feat. Shabbaz vs DJ Pfel from C2C) (5’30”)
08 - What Will You Do (feat. Sinclair) (3’44”)
09 - We Will Show You (3’48”)
10 - Leni Awakes (feat. Alain Chauvet) (0’50”)
11 - Carry Me (5’02”)
12 - Return (feat. Alain Chauvet) (2’44”)
 
Durée totale : 41’31”