Sur nos étagères
Wowee Zowee (Sordid Sentinels Edition)

Wowee Zowee (Sordid Sentinels Edition)

Pavement

par Parano le 27 janvier 2009

4

Paru en 2006 (Domino Recordings)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Il faudra, un jour, rendre justice à Stephen Malkmus, chanteur, guitariste, compositeur, et conscience du groupe Pavement. Ce type est un génie, comme seul le rock indépendant sait en produire : plutôt moche, fringué comme un plouc, carrément discret. Pas du genre à sauter les groupies, le nez dans la coke. Il faudra, un jour, rendre justice à Pavement, champion toute catégorie du rock bidouillé des nineties, planqué dans l’ombre des grands frères Sonic Youth et Sebadoh. Pas du genre à surfer en tête des charts, ni à titiller le teen spirit du cœur de cible MTV.

Ce jour est peut être venu. Onze ans après la sortie originale, Domino Records réédite Wowee Zowee, le troisième album de Pavement, complétant ainsi la trilogie initié par Matamor Records, avec les versions Deluxe de Slanted & Enchanted en 2002 et Crooked Rain Crooked Rain en 2004. Qu’avons-nous là ? Un splendide digipac contenant deux CD, sur lesquels, en plus de l’album original, on trouve une flopée de titres issus de maxi singles, compilations, jam sessions, enregistrements live pour la radio, ou de compositions inédites, écartées de l’album. Soit pas moins de 50 titres, excusez du peu. Faut-il en plus vous l’emballer ?

Les deux galettes sont accompagnées d’un livret de 60 pages en papier glacé, où artwork, photos, et commentaires se bousculent joyeusement. Un précieux bordel qui illustre parfaitement la musique de Pavement. Domino Records n’a pas fait les choses à moitié avec cette réédition, au moins aussi bonne que les deux précédentes. Qu’ils en soient remerciés par les Dieux du rock’n roll, et qu’une pluie de dollars s’abatte sur eux.

Ceux qui connaissent Pavement se délecteront de chaque note, de chaque accord, et de chaque vocalise, pillant cette réédition avec autant de voracité qu’une amibe. Les autres seront frappés d’aphasie, terrassé par un talent aussi fulgurant. Le risque, dans cette affaire, c’est de balancer la moitié de sa cédéthèque à la poubelle, et d’arrêter d’écouter l’autre moitié. Un étude scientifique sérieuse, montrerait sans peine qu’il y a autant de qualité dans n’importe quel titre de Pavement, que dans toute la discographie de... disons Placebo, histoire de ne froisser aucune personne de goût.

Malkmus et sa bande ont pris une telle avance sur leur époque, qu’ils n’ont encore trouvé personne pour leur barrer la route. Prenez un quelconque chef-d’œuvre sorti la même année (au hasard Adrenaline des Deftones, ou The Bends de Radiohead) et vous constaterez à quel point Wowee Zowee est intemporel. Les seuls disques capables de lui faire de l’ombre sont les deux premiers albums de... Pavement, et, en fin de compte, la question que l’on se pose (enfin, moi je me la pose, vous, vous faites ce que vous voulez, bandes de tarés ignares) est la suivante : Wowee Zowee est-il le meilleur album de Pavement ?

Hum... ça dépend. Le plus maîtrisé, certainement, le plus inspiré, pas sûr. Le moins rock et le plus hétéroclite, sans aucun doute. On y trouve quelques poids lourds, hymnes du trottoir, tels que Rattled By The Rush, et son rythme syncopé, l’incantatoire Fight This Generation, Grounded, lourd et crasseux, un Father To A Sister Of Thought, à fleur de peau, ou encore le très radio friendly Kennel District. Le reste de l’album est à peine moins bon, et les fonds de tiroir recèlent quelques pépites tour à tour nonchalantes, tubesques, douces et lumineuses. Alors pourquoi se priver ? Bradez sans plus attendre vos cadeaux de Noël sur ebay (ce ridicule coffret U2, ou le consternant Love des défunts scarabées) et achetez la réédition de Wowee Zowee, qui rendra fou de jalousie votre voisin, et fera revenir vos ex.



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
CD1
 
01. We Dance (3’02")
02. Rattled By The Rush (4’16")
03. Black Out (2’10")
04. Brinx Job (1’29")
05. Grounded (4’16")
06. Serpentine Pad (1’16")
07. Motion Suggests Itself (3’15")
08. Father To A Sister Of Thought (3’30")
09. Extradition (2’12")
10. Best Friend’s Arm (2’19")
11. Grave Architecture (4’16")
12. AT & T (3’32")
13. Flux = Rad (1’44")
14. Fight This Generation (4’22")
15. Kennel District (2’59")
16. Pueblo (3’25")
17. Half A Canyon (6’10")
18. Western Homes (1’50")
19. Sordid (0’29")
20. Brink Of The Clouds (2’26")
21. False Skorpion (1’59")
22. Easily Fooled (3’08")
23. Kris Kraft (2’46")
24. Mussle Rock (Is A Horse In Transition) (3’25")
25. Give It A Day (2’38")
26. Gangsters & Pranksters (1’30")
27. Saganaw (3’32")
28. I Love Perth (1’05")
29. Sentinel (0’14")
 
CD2
 
01. Sensitive Euro Man (3’17")
02. Stray Fire (2’46")
03. Fight This Generation (8’10")
04. Easily Fooled (3’42")
05. Soul Food (3’46")
06. It’s A Hectic World (1’03")
07. Kris Kraft (2’38")
08. Golden Boys / Serpentine Pad (4’33")
09. Painted Soldiers (2’40")
10. I Love Perth (1’10")
11. Dancing With The Elders (4’14")
12. Half A Canyon (5’27")
13. Best Friend’s Arm (3’52")
14. Brink Of The Clouds / Candylad (3’59")
15. Unfair (2’40")
16. Easily Fooled (3’25")
17. Heaven Is A Truck (4’02")
18. Box Elder (5’16")
19. No More Kings (4’23")
20. Painted Soldiers (2’54")
21. We Dance (3’01")
 
Durée totale : 156’40"